Notre rencontre avec Émilie Jouvet : « Peu importe, elles-ils sont uniques, il-elles existent ! »

Mise à jour le 13 mars 2014 : Venez renconter Emilie à l’occasion des événements indiqués en fin d’article.

La Journée internationale de la femme, célébrée le 8 mars de chaque année par certaines-ains, mais aussi rejetée par d’autres qui la pensent désormais archaïque, voire même contre-productive. Quoi que l’on en pense, elle fait partie des 87 journées internationales reconnues par l’ONU. C’est une journée de manifestations est l’occasion de revendiquer l’égalité et de faire un bilan sur la situation des femmes dans la société. Traditionnellement les groupes et associations de femmes militantes préparent des manifestations pour faire aboutir leurs revendications, améliorer la condition féminine, fêter les victoires et les avancées.

The Parisian Post a profité de cette occasion pour aller questionner Emilie Jouvet, artiste qui expérimente une approche à la fois documentaire et intimiste du milieu queer, féministe, artistique et lesbien. Emilie livre un regard à la fois sauvage et sensible sur les questions de la représentation du féminin dans la perspective éclatée et subversive du genre.

Nk1127542908nb
Crédit photo : Emilie Jouvet

The Parisian Post (TPP) « Il y a un recul des droits des femmes, dès l’instant où on ne fait plus rien, les choses reculent », Yvette Roudy, unique Ministre des droits des femmes. Que t’inspire cette citation ?

Emilie Jouvet (EJ) Je suis bien d’accord. Malheureusement, les inégalités entre les hommes et les femmes perdurent. Les hommes gagnent en moyenne 20 % de plus que les femmes. La violence conjugale est un fléau, et la grande majorité des viols sont toujours impunis. Le droit à l’avortement est sans cesse menacé (cliniques qui ferment, medecins qui culpabilisent). La procréation médicalement assistée (PMA) est toujours interdite aux femmes lesbiennes, aux femmes seules, et la justice a récemment bloqué des adoptions d’enfants nés par PMA…

Nous assistons aujourd’hui plus que jamais à une levée de bouclier des réactionnaires : homophobes, sexistes, racistes, leur parole est décomplexée et ils envahissent les médias.

Il faut être vigilant et se battre sans cesse, non seulement pour aquerir de nouveaux droits, mais aussi pour proteger ceux durements aquis.

2seins
Crédit photo : Emilie Jouvet

TPP Dans ton travail entre Berlin et Paris, as-tu noté des différences dans les milieux LGBTQI que tu as shooté (liée à la culture, ouverture d’esprit, libertés, innovation… etc.) ?

EJ – En Europe, la France est vraiment un cas à part: un pays magnifique et riche, certes, qui se croit à la pointe de la mode ou de l’innovation, un peu méprisant pour les autres cultures, mais surtout très réactionnaire.

Je suis du sud de la France, donc je préfère le climat et les rapports entre les gens des pays du sud, Lisbonne, Espagne… mais j’aime beaucoup l’ouverture d’esprit, le respect et l’égalité des droits des pays plus au nord : Belgique, Allemagne, Danemark, etc…

Cependant étant née en France, j’ai aussi envie de faire bouger mon pays, et je sais que nous sommes nombreux en France à vouloir que cela change.

EJouvet-Couverture
Crédit photo : Emilie Jouvet

TPP La quatrième vague féministe, qu’elle est-elle selon toi ?

EJ Je me sens proche de la 3ème vague qui n’a pas encore fini de s’étendre sur la plage des idées. La quatrième vague est encore a inventer, ce sont les plus jeunes qui nous apprendront ce qu’elle est !

1016
Crédit photo : Emilie Jouvet

TPP – Un message à l’attention de Vladimir Poutine ?

EJ – Putin est un assassin. Il est responsable des crimes de haine a l’encontre des homosexuels en Russie. Je pense que nous allons assister a une exode des personnes lgbt et leurs enfants fuyant ce pays. j’espère que la france les accueillera.

———————————————-> Un Art Book passionnant!

promo_1erecouvOKSupport de l’acte photographique qu’Emilie Jouvet considère comme acte de résistance, un lieu où s’exerce des imaginaires, des espaces de jouissance, des révolutions incontournables…

Il s’agit d’un tout premier livre, réussit, proposant une sélection d’oeuvres photographiques interrogeant le champ politique de la sensibilité, l’expression de l’intime, le désir.

Emilie met les spectateur.trice.s face à une communauté qui construit sa propre subjectivité. Queer, butch, kings, queens, fems, trans, lesbiennes, bi, hétéros, gays, dans la rue, dans les bars, dans un lit, enceintes, nu-es, le rouge à lèvre qui file. Peu importe, elles-ils sont uniques, il-elles existent.

Parce qu’elles-ils ont choisi de lutter, Emilie Jouvet montre celles et ceux dont parle la fierté, le désir, l’envie de se dire et le besoin de se visibiliser. Ce lien fort et personnel avec ses modèles donne au travail d’Emilie sa force militante, et la place dans la continuité des artistes qui ont commencé à déconstruire la représentation du corps dans l’art, à la subvertir et à la recomposer en cherchant des nouveaux codes et des nouveaux rapports aux identités sexuelles.

Regard sur le monde, qui s’ouvre sur les nombreuses facettes de son travail artistique: la complicité, l’amour, le couple, la transmission entre femmes, la maternité, l’enfance, la performance. Revisitant les références culturelles (archétypes de la représentation, dispositif classique du nu et du regard) l’acte photographique d’Emilie Jouvet s’entend comme acte de résistance, comme lieu où s’exerce des imaginaires, des espaces de jouissance, des révolutions incontournables.

Vous pouvez acheter le Art Book d’Emilie Jouvet dans toutes les dans les bonnes librairies et centres d’art contemporains comme Le centre Pompidou, le Mucem, Violette and co, les mots à la bouche… ou le commander directement ici.

———————————————-> Quelques dates

  • 1er mars/5 avril : exposition photo « Feminismes » a la Chapelle Saint Anne, Arles.
  • 19 mars 19h : rencontre et dédicace du livre a la librairie Violette & co, Paris
  • 24 mars 19h : rencontre et dédicace du livre a la Queer Week, Science Po, Paris.
  • 10/27 avril : exposition photo au Point Ephèmere, Paris
  • 11/13 avril : exposition photo + dédicace du livre au festival In/differences a Vauvert.

———————————————-> Plus d’infos

www.emiliejouvet.com

4 réflexions sur “Notre rencontre avec Émilie Jouvet : « Peu importe, elles-ils sont uniques, il-elles existent ! »

  1. oddos piantone dit :

    Pouver vous m envoyé un livre dedicase de vous .merci. a l adresse suivante. 91t rue Villon 69008 Lyon. et le prix merci.

    J'aime

  2. oddos piantone dit :

    Je ne comprend pas ce que vous avez marquer.je lis que le français.je ne connait pas d autre langues. vous pouvez m appelée s il vous plait au 0777254039.merci beaucoup.urgent.

    J'aime

  3. oddos piantone dit :

    Je suis entièrement d accord avec vous.j aimerait vous rencontré. qu on puisse discuter.envoyé moi le plus tôt possible un message.merci beaucoup.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s