Environnement : vers la fin du diesel moins cher ?

pollution-paris-tour-eiffel_4842027
La Tour Eiffel est à peine perceptible, tandis que le quartier de La Défense, en arrière plan, est invisible, sur cette photographie prise le 13 mars 2014. Reuters/Philippe Wojazer

Constat alarmant en provenance de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) au sujet de la pollution de l’air urbain. Plus de 3,5 millions de personnes meurent chaque année de la pollution de l’air urbain. Entre 2005 et 2010, le taux de mortalité a augmenté de 4 % dans le monde, de 5 % en Chine et de 12 % en Inde.

Dans les pays de l’OCDE, les transports routiers sont responsables d’environ la moitié des coûts liés à la pollution, les véhicules diesel produisant les émissions les plus nocives.

Selon le Secrétaire général de l’OCDE, Ángel Gurría, « Le prix que nous payons pour utiliser nos véhicules n’est pas à la mesure des conséquences de cette pratique sur l’environnement et la santé humaine. La lutte contre la pollution atmosphérique requiert une action collective ».

Le coût est estimé à environ 1 700 milliards de dollars pour la société dans les 34 pays membres de l’OCDE, compte tenu de la valeur que les gens attribuent au fait de ne pas mourir précocement d’un cancer, d’une maladie cardiaque ou de problèmes respiratoires.

L’OCDE souligne que les pouvoirs publics n’ont aucun argument à faire valoir pour justifier le traitement fiscal préférentiel accordé au diesel. L’Organisation préconise également des mesures pour réduire la pollution imputable au transport routier, comme par exemple : durcir les normes d’émission de CO2, étendre les programmes de partage des vélos et des voitures électriques en ville et multiplier les dispositifs de péage routier afin de lutter contre la congestion.

« Du point de vue de l’environnement, rien ne justifie de taxer le diesel moins que l’essence. La pollution atmosphérique détruit notre santé et la planète. L’élimination progressive des incitations fiscales dont le diesel fait l’objet contribuerait à réduire les effets de la pollution sur l’une et l’autre, et permettrait de lutter contre le changement climatique », a déclaré Ángel Gurría.

———————————————> Pour d’infos

www.oecd.org/fr/presse/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s